Nouvelles mobilités & nouveaux usages

Retrouvez tous nos articles et nos brèves sur les nouvelles mobilités et les nouveaux usages.

Crédibles les taxi volants ?

La voiture volante est un fantasme ancien, une vision du futur mobile libéré de l’apesanteur. L’automobile a permis pour ceux qui y ont accès une formidable liberté. Une liberté néanmoins à une dimension, le long de la route, route victime de son succès et de plus en plus saturée compromettant  la liberté acquise. La voiture volante donnerait d’un coup 3 dimensions de liberté, plus besoin de route ! Le service de taxi volant techniquement pour bientôt L’évolution des technologies parait rapprocher le moment où les voitures volantes seront possibles. Le cabinet Wyman a recensé 170 projets de taxis volants dans le monde sur la base de nouveaux aéronefs légers et électriques (les VTOL : Vertical Take Off and Landing aircraft).  L’amélioration du stockage Lithium ion permet d’embarquer suffisamment d’énergie pour déplacer en aérien ce genre d’aéronefs pouvant embarquer quelques personnes pour des services de taxi volant. Les technologies à plusieurs motorisations électriques permettent des aéronefs stables et plus faciles à piloter qu’un hélicoptère, aussi moins bruyants. La mobilité autonome est techniquement plus facile à gérer dans les airs que sur terre où les aléas sont beaucoup plus imprévisibles. Les technologies semblent converger pour rendre le taxi volant possible. Les majors de l’aérospatial Airbus et Boeing ont des projets avancés, ainsi que plusieurs constructeurs automobiles et un grand nombre de start-up. Le patron de Boeing a déclaré que « d’ici 10 ans le ciel des villes américaines sera parcouru par des véhicules électriques autonomes. Ils amèneront  les gens à destination en évitant […]

La SNCF embarque Uber dans son application multimodale

Depuis plusieurs années, la stratégie de la SNCF est de proposer un trajet porte à porte à ses clients. C’est passé par le développement de services internes ( comme la livraison de bagages), puis l’acquisition externe (comme la start-up de covoiturage devenue IDVroom avant d’être vendu à Klaxit mi-2019). L’objectif : bâtir un service complet SNCF du point de départ du voyageur, jusqu’à son arrivée. Peine perdue … La SNCF se lance désormais dans la course pour être le point d’entrée des voyageurs dans la nouvelle vision MaaS (mobility as a service). Pour cela, l’application « Assistant SNCF » propose aux utilisateurs d’identifier, de réserver, voire de payer leur trajet porte à porte et tous les services associés (bus, vélo, taxi, vtc, …) dans l’application. La SNCF doit relever deux grands défis : se faire une place entre Google et Citymapper très actifs sur les trajets porte à porte en multi-modalités ; convaincre les voyageurs que les trajets multi-modaux sont aussi pratiques que la voiture – qui reste le moyen de transport privilégié des Français. Il s’agit d’un « couteau suisse » de mobilité, une porte d’entrée unique permettant de rester au sein de la même appli, elle-même rémunérée par des commissions de ses partenaires. Source : La SNCF embarque Uber dans son application multimodale | Les Echos

Forsee Power rêve de voir se généraliser les bus électriques en France | Les Echos

L’utilisation des bus électriques, par les collectivités locales, progresse fortement dans de nombreux pays, principalement en Chine ou la quasi totalité du parc est électrique mais aussi en Europe. Alors que la France, au sortir de la crise du COVID, annonce un plan de relance historique pour l’achat de véhicules propres, le Dirigeant de Forsee Power Christophe Gurtner, s’interroge sur les volumes de commandes qui seront réellement générés. Selon Christophe Gurtner, la France progresse plus lentement que ses voisins Européens en la matière, bien que le coût total d’un bus électrique soit désormais équivalent à celui d’un diesel. La société Forsee Power, qui lève 30 millions d’euros, compte bien sur une transformation concrète des mesures politiques en commandes publiques pour accélérer la commercialisation de ses systèmes de batteries pour bus électriques. « Sur 2021 c’est encore l’inconnue. Alors que la France est notre premier marché, nous sommes dépendants des commandes publiques. Or la crise a gelé les appels d’offres des collectivités locales. Nous espérons que les discours des gouvernements européens sur la nécessaire transition énergétique vont se traduire en volumes ! » Source : Forsee Power rêve de voir se généraliser les bus électriques en France | Les Echos

Crise sanitaire du COVID-19 : le vélo « met le nez à la fenêtre » ?

ou comment la crise actuelle peut-être un accélérateur pour le développement du vélo et de sa filière La pratique du vélo, les investissements pour les infrastructures et la diffusion du vélo sont en pleine progression ces dix dernières années quels que soient les usages loisir, sport, tourisme ou déplacements quotidiens. La situation actuelle met seulement en lumière des interrogations sur les modes de déplacements urbains et sert de catalyseur à certaines actions restées dans les cartons.

Covid 19 / Des attentes clients à réinterroger

La crise due au COVID19 provoquera-t-elle un changement durable de nos comportements de mobilité ? La pratique du vélo a augmenté, le télétravail s’est généralisé, notre appréhension de l’espace a été remaniée (ces rues désertes, ces villes silencieuses, ces chemins de proximité retrouvés ou découverts), nous sortons masqués. Bon gré mal gré, nos comportements de mobilité ont été modifiés et avec eux, notre perception du risque a indéniablement changé pour plébisciter des modes de transport plus individuels, de plein air. Cette période va-t-elle ouvrir la porte à une gamme plus diversifiée de modes de transport ou au contraire un retour massif à « l’autosolisme » ? Ces changements bouleversent le positionnement de beaucoup d’offres (taxis, VTC Uber, Lyft, Lime…). Les cartes sont rabattues et certains se retrouvent avec une longueur d’avance (cacao Mobility). Dans le secteur de la mobilité, les attentes des clients sont à réinterroger – d’urgence-. Les marchés évoluent dans le temps, rapidement ces temps-ci. Sources : Pourquoi le MaaS est l’avenir du transport – simplifier-la-mobilite.tumblr.com Caocao Mobility : tradition et modernité – www.mobilitesmagazine.com Lyft, Uber, Lime : les géants de la mobilité secoués par le Covid-19 | Les Echos Uber durcit son plan d’urgence et se recentre sur l’essentiel | Les Echos Comment les taxis G7 espèrent reconquérir leurs clients – Ville, Rail et Transports Covoiturage, taxis : le match du transport à moindre risque | Les Echos

Mobilité : 13 choses qui ont changé en deux mois – L’interconnexion n’est plus assurée

Que retenir des choses qui ont changé sur les mobilités pendant le confinement en France ? Des pistes cyclables temporaires apparaissent un peu partout dans les villes. Quels meilleurs moyens pour tester l’usage et la possibilité de modifier simplement la circulation ? Le forfait mobilité durable a enfin été publié ! Les entreprises parlent enfin de démobilité pour limiter les déplacements et ceci s’étend au quotidien. Certaines voies réservées aux bus et aux taxis sur les autoroutes parisiennes sont enfin autorisées au covoiturage. Ah oui et dernière chose : Aéroports de Paris reste public. Ancrés dans la mémoire pour la vie. Chacun se souviendra de ces deux mois qui ont bouleversé nos existences, stupéfié nos cerveaux, ramollis nos corps, fait flancher l’économie, alors que la santé constituait, c’est assez rare, la première des préoccupations publiques. Au moment où l’activité redémarre progressivement, il est tentant de faire un décompte, forcément … Source : Mobilité : 13 choses qui ont changé en deux mois – L’interconnexion n’est plus assurée

Le robot taxi a-t-il un modèle économique ?

Une des pistes les plus avancées pour la voiture autonome est le taxi autonome : un taxi sans chauffeur donc sans contrainte de temps, donc avec un potentiel de rentabilisation du véhicule « énorme ». La rentabilité d’un véhicule de transport étant calculable au nombre de personnes transportées par heure sur une journée. Par robot taxi, nous entendons des véhicules avec un niveau d’autonomie la plus haute soit 5. Une étude du MIT avance toutefois une autre vision. Pourquoi le robot taxi ne fonctionnerait pas 24h/24h ? sans accidents ? en roulant mieux donc polluant moins ? voire en optimisant les trajets pour rouler en escadron ? Leur analyse est intéressante car ils ont calculé comment faire en sorte que ces robots taxis aient le même coût de fonctionnement qu’un taxi classique. Et leur conclusion l’est tout autant. En supposant qu’une voiture autonome soit seulement 15 000 $ plus chère qu’une voiture classique, une entreprise de taxis devra quasiment doubler le taux d’utilisation de ses véhicules et réduire ses marges de 37%. Comme aurait dit l’Agent Smith « Never send a human to do a machine’s job » mais apparemment dans ce cas il ne faut pas envoyer une machine faire le boulot d’un humain ^^ Les cinéphiles se souviennent sans doute du film Total Recall (Paul Verhoeven, 1990), où Arnold Schwarzenegger évolue dans un futur angoissant où des robots-taxis, baptisés « Johnny Cab », parcourent la ville en totale autonomie… et font même la conversation à leurs clients ! Source : Le robot […]

Les voitures autonomes testées sur le terrain sans risque grâce au simulateur Vista

Toutes les Intelligences Artificielles sont aujourd’hui auto-entraînées par des simulations. Cela manquait à la voiture autonome alors que tous les constructeurs sont d’accord pour dire qu’il faut des millions de kilomètres pour que l’IA soit prête. Le MIT vient réparer ça ! Mieux que ça : le nombre de scénarios est infini avec toutes les situations possibles, même les plus dangereuses. Non seulement le contrôleur n’a jamais été sur une vraie voiture, mais il n’a jamais vu les routes et n’a aucune connaissance préalable sur la façon dont les humains conduisent Source : Les voitures autonomes testées sur le terrain sans risque grâce au simulateur Vista

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

En cette période confinement, quoi de mieux qu’un petit salon de l’automobile électrique virtuel pour se changer les idées. Alors n’exagérons pas, vous ne découvrirez pas, dans cet article, de grands secrets mais il présente tous les projets électriques dans les tuyaux des constructeurs ! Voici le plan du salon, bonne visite 🙂 le marché pourrait être dopé dans les prochains mois par les nouveautés “100 % électriques“ que vont dévoiler les constructeurs Source : Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Pression populaire pour le retour des trottinettes électriques Lime et Bird

Les villes ont-elles encore le contrôle sur les transports mis à disposition ? A Montréal, la ville a interdit les trottinettes électriques en libre-service, ne voyant que le désordre apparent. Le problème principal mis en avant est celui du stationnement. Les utilisateurs ne sont pas du même avis. 2000 d’entre-eux (un peu poussés par les opérateurs) demandent le retour des trottinettes. Tout n’est pas noir ou blanc. L’usage était bien réel en complément des transports en commun en renforçant l’intermodalité, donc que du positif ! La négociation entre la ville et les usagers est en cours … «Je pense que c’est une solution de mobilité intéressante. Par contre, les routes montréalaises sont en bien trop mauvais état pour la grosseur des roues des trottinettes en libre-service» Source : Pression populaire pour le retour des trottinettes électriques Lime et Bird

Ne ratez aucun article 🙂

Abonnez-vous !