Décryptages

Retrouvez tous nos articles de décryptages sur les mobilités.

WORLD SOLAR CHALLENGE : 3000 km sans une goutte de carburant !

Retour sur l’édition 2011 Si lors de la première édition la moyenne horaire du vainqueur était de 65 km/h, aujourd’hui les japonais ont pu remporter le titre grâce à une vitesse moyenne de 91km/h et des pointes à plus de 140 km/h. C’est dire les progrès technologiques réalisés en 14 ans. Ils n’ont pourtant pas battu leur propre record de 2009 car cette année les conditions climatiques ont été particulièrement difficiles : nuages, vent, feux de broussailles et même pluie….La compétition pour une place sur le podium a été rude puisque les 3 premières équipes sont arrivées dans un mouchoir de poche : les hollandais de l’université de Deflt 2ème à quelques minutes des vainqueurs et les américains de l’université du Michigan 3ème à à peine plus d’une heure du premier. De nombreux compétiteurs ont eu des problèmes de fiabilité de leur véhicule particulièrement avec leurs batteries. L’équipe des Philippines a même vu les siennes (Lithium Ion) s’enflammer. Seules 7 équipes ont pu rejoindre Adélaïde en moins de 6 jours (temps imparti par les organisateur avant l’arrêt de la course).   Une compétition technologique internationale Il ne faut pas croire que la World Solar Challenge soit une compétition d’étudiants sympathiques venus faire la fête en Australie. Si l’on regarde de près les sponsors des 3 équipes qui ont dominé la course, on s’aperçoit que les universités s’adossent à d’importantes entreprises partenaires qui utilisent cette compétition comme un véritable laboratoire de développement de technologies du futur, mais également comme outil de communication. […]

Le eCall obligatoire en 2015: une opportunité pour le développement de nouveaux services?

Après plusieurs années de négociation, l’UE a en effet statué sur une obligation d’équipement à partir de 2015 et le principe de gratuité pour les usagers. Le dispositif eCall s’appui sur les technologies de télématique embarquée qui lui permettent de transmettre des données par les réseaux de télécommunication. Avec un premier objectif de réduction de la mortalité sur les routes, cette base technologique devrait autoriser le développement de nouveaux services s’appuyant sur l’exploitation de ces données.     Le dispositif eCall pour sauver 2500 vies. Cette initiative de la Commission européenne pour rendre obligatoire l’installation du dispositif eCall dans tous les véhicules neufs vendus dans l’Union Européenne vise à réduire le nombre de morts sur les routes européennes, en jouant principalement sur la rapidité d’intervention des services de secours. Dès que des capteurs embarqués détectent un accident grave, le dispositif établit une connexion téléphonique avec le centre d’appels des services d’urgence approprié (PSAP – Public Service Answering Point), via une carte SIM installée dans le véhicule, et transmet différentes données concernant l’accident aux services de secours. Ce système peut aussi être déclenché manuellement par une simple pression sur un bouton, par exemple pour signaler un accident grave dont le conducteur est témoin. Le système est basé sur l’emploi du numéro d’urgence unique européen, le 112, qui permettra d’assurer son interopérabilité dans toute l’Union Européenne (ainsi qu’en Croatie, Islande, Norvège et Suisse). Après le déclenchement de l’appel d’urgence, une communication vocale est établie automatiquement et des données sont remontées par le […]

Solutions d’assemblage présentées au salon Strategies in Car Body Engineering de Francfort

La conférence Strategies in Car Body Engineering 2011 qui s’est tenue à Francfort en mars 2011 a été l’occasion de faire le point sur plusieurs tendances en termes de nouvelles technologies liées à la fabrication et l’assemblage de pièces de carrosserie (caisse en blanc). L’institut Maupertuis était présent et fait le point sur ces tendances.

Le projet Autopartage@Toulouse expérimente la technologie sans contact pour la gestion des flottes de véhicules.

Autopartage@Toulouse expérimente depuis début octobre la gestion de flotte grâce aux technologies sans contact RFID et NFC.

La technologie NFC Mobile prête pour le transport?

Une technologie mature Le NFC (Near Field Communication ou communication en champ proche) est une technologie de communication sans fil de proximité qui peut être intégrée à tout objet : carte, clé de voiture mais aussi téléphone portable. Les échanges de données peuvent s’effectuer à une distance maximum de 10 cm. La technologie NFC est une sous-famille des technologies RFID (Radio Frequency IDentification)  utilisant une fréquence spécifique (13,56 MHz) et un protocole d’échange de données spécifique permettant en particulier de sécuriser ces échanges. Au niveau matériel, trois systèmes coexistent, avec des niveaux de sécurité différents. Le NFC « embedded » (intégré) où les éléments de sécurité sont stockés hors carte SIM, comme c’est le cas pour les mobiles proposés au Japon. Le NFC « SIM based » où les éléments de sécurité sont stockés sur la carte SIM du mobile. Ce système est celui qui est utilisé en Europe par les opérateurs mobiles. Enfin, les éléments de sécurité peuvent être stockés dans un élément externe, comme une carte SD ajoutée dans le mobile. Le NFC intégré au téléphone potable est donc une association entre plusieurs technologies connues, présentant un haut niveau de sécurité et de fiabilité permettant de développer de nouveaux services.   Fort niveau d’appropriation par les usagers Plusieurs expérimentations ont eu lieu à travers le monde depuis 2005 visant à tester, la technologie d’une part, mais plus particulièrement l’appropriation par les usagers des multiples applications de la technologie NFC. Source : Rapport de l’observatoire des villes NFC – Forum des services mobiles sans contact. Selon […]

Ne ratez aucun article 🙂

Abonnez-vous !