Uber nous annonçait des VTC autonomes pour bientôt. Et maintenant ? Uber vend sa division véhicule autonome ?! A côté de ça, les constructeurs annoncent un repli stratégique à propos des véhicules autonomes et Einride annonce des véhicules en location pour 2021 ?! Alors on en est où ?

Le premier point d’analyse à prendre en compte est le terme « véhicule autonome ». Derrière ce terme se cache des véhicules bien différents par leur usage, leur lieu de circulation et leur niveau de conduite autonome.

Le deuxième point d’analyse est sans doute le delta entre la vision extérieure de la stratégie des entreprises, leurs stratégies réelles et leurs réels actifs. Surtout si l’on considère le repositionnement forcé pour beaucoup par cette année 2020.

Pour reprendre les exemples cités en introduction, la vente par Uber de sa division véhicule autonome ne signifie pas qu’ils abandonnent et Einride va louer en 2021 des véhicules pas vraiment autonomes.

Uber continue les véhicules autonomes

Depuis le début de l’année, Uber recentre ses activités sur la livraison de repas et les services de VTC. Il ne faut pas oublier que la valeur d’une plateforme comme Uber tient plus à son nombre d’utilisateurs et ses algorithmes, que l’activité sur laquelle elle est implantée. Rien de bien curieux alors qu’Uber ne mise plus pour tout de suite sur le robot taxi dans son business model.

Elle garde un regard, toutefois, sur cette activité. Uber cède division véhicule Autonome à Aurora tout en prenant une participation à hauteur de 26% du capital d’Aurora. C’est aussi une bonne stratégie pour partager les coûts de la recherche et développement.

Einride va louer des véhicules pas vraiment autonomes

En 2021, Einride va louer des véhicules dédiés aux opérations en entrepôt ou réalisant des trajets bien défini sur de courtes distances. Nous sommes encore loin du véhicule autonome et très proche des technologies déjà existantes. La nouveauté semble être en 2021 la possibilité pour une entreprise de louer un véhicule. Il faudra attendre 2022 voire 2023 pour pouvoir louer un véhicule autonome qui suit des chemins ruraux (donc peu denses), puis pour louer un véhicule autoroutier (donc sûrement sur voie dédiée ou très contrôlée). Autres éléments importants les véhicules seront sous la supervision d’opérateurs à distance : rassurant mais pas très autonome !

Y aura-t-il suffisamment de clients prêts à payer plus de 15 000 € par mois pour que leurs véhicules automatisés s’appellent des véhicules autonomes ?

La révolution des voitures et poids lourds autonomes n’aura pas été pour 2020 !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :