Des étincelles dans les chargeurs ?

La recharge des véhicules électriques vit un moment décisif. Si de longue date, Tesla joue sa propre partition, les articulations qui courraient entre certains acteurs semblent être remises en question.
Le consortium Coridoor connu à travers les totems disséminés sur le réseau autoroutier français est traversé par les tensions entre EDF et Engie.

D’autre part Ionity bascule d’une approche ouverte et peu chère vers plus d’exclusivité et un renchérissement pour un certain nombre d’utilisateurs. Elon Musk et Tesla convertissent finalement leurs concurrents au modèle économique des superchargers.
Ces mouvements reflètent les perspectives attendues d’augmentation du nombre de véhicules électriques en circulation.

Première hypothèse

Faire payer un prix plus proche du coût réel des infrastructures permet de faire évoluer les électromobilistes vers une recharge plus responsable : lente, à domicile ou sur le réseau public à des horaires plus cohérents avec les capacités des réseaux électriques. En effet, la recharge très rapide et non planifiée représente un appel de puissance et donc un coût qui va croissant pour les opérateurs.
Ils reflètent ainsi la crispation des investisseurs : face à un effet ciseau dû à la base des utilisateurs augmente, le coût de la recharge augmente devient de moins en moins supportable compte tenu des tarifs pratiqués jusqu’alors ?

Deuxième hypothèse

Le parc de véhicules électriques en circulation monte en puissance, par conséquent la perspective de gains aussi. Ce qui aiguise les appétits alors que les usagers se sont habitués au service et deviennent captifs ?

Troisième hypothèse

Les acteurs de la recharge cherchent à faire adopter des comportements vertueux aux utilisateurs de véhicules électriques. La recharge lente, programmée ou pilotable (à domicile, au bureau…) permet d’améliorer sensiblement l’impact carbone de la recharge, donc le cycle de vie des véhicules électriques (vs recharge rapide).

Les Allemands étant connus pour la capacité à faire consensus, il est fort probable que les trois hypothèses pèsent dans l’évolution tarifaire en cours de déploiement par Ionity. Compte tenu des augmentations prévisibles du kWh en Europe, et particulièrement en France, ces mouvements ne sont certainement que des prémices dans la perspective d’une massification de l’électromobilité.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .